UVIRA ZONE SINISTREE : Lutte menée désormais par les Députés provinciaux du Sud Kivu élus de la circonscription électorale d’Uvira

0 / 508
UVIRA ZONE SINISTREE : Lutte menée désormais par les Députés provinciaux du Sud Kivu élus de la circonscription électorale d’Uvira

Les députés provinciaux élus d’Uvira luttent pour que  leur circonscription qui a été frappé par les inondations à répétition depuis avril dernier soit déclaré « zone sinistrée » vu l’ampleur de dégâts.

De retour de leur mission de compassion et d’évaluation effectuée à Uvira, ces élus provinciaux annoncent que la situation sur tous les plans est grave.

Selon l’Honorable Mwamba Assani Hamza, la situation des sinistrés est très précaire. Ces victimes des eaux des rivières Mulongwe, Kavimvira et Kaala, marrais Nyangara, ruisseau Nyarumanga et lac Tanganyika manquent à manger ; elles vivent sans eau potable et certaines même sans toilettes dans des écoles, églises, mosquées et maisons en chantier.

Mwamba Assani Hamza interpelle le gouvernement d’activer son mécanisme de lotissement afin d’octroyer des parcelles à ces habitants.

Cet élu d’Uvira affirme que malgré les  10.000.000 de Francs Congolais débloqués par le Gouvernement provincial  pour l’enterrement des victimes du 17/04/2020 et  les 300.000.000 (Francs Congolais) du gouvernement central  pour les vivres et non vivres, de démarches se poursuivent pour  que le gouvernement national puisse déclarer et reconnaitre Uvira comme une « ville sinistrée ».

«Des routes sont détruites, des ponts sont coupés et d’autres en voie de disparition, des maisons emportées ainsi que le lac Tanganyika qui envahit déjà la population » explique Hamza.

« Nous demandons aussi au gouvernement provincial d’activer le mécanisme de lotissement pour créer des logements sociaux à Kahwizi et distribués les parcelles aux habitants, voire même des maisons préfabriquées ”, indique-t-il.

Uvira étant frontalier avec le Burundi, la population dépendait en grande partie du pays voisin. La situation s’est compliquée depuis la fermeture de frontières par le Président de la république en marge de lutte contre COVID 19. Depuis lors, cette ville qui n’a qu’un an d’existence se tournait vers la plaine de la Ruzizi pour s’approvisionner en vivres. Depuis les pluies du jeudi 16 au vendredi  17 Avril, le trafic est presque coupé suite aux coupures des ponts Sange et Runingu dans la plaine de Ruzizi.

Clovis KAMONI

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *