Les femmes leaders des hauts plateaux d’Uvira, Fizi, secteur d’Itombwe à Mwenga et celles de la plaine de la Ruzizi s’engagent dans le processus de pacification de leurs contrées.

0 / 188

Assez ; disent les femmes Banyindu, Banyamulenge, Babembe, Bafuliiru, Bambuti, Barundi et Bavira de l’insécurité persistante dans les hauts plateaux d’Uvira, Fizi, Mwenga et la plaine de Ruzizi. Une insécurité entretenue par l’activisme des groupes armés locaux et étrangers et les conflits intercommunautaires, rappellent ces femmes dans ces trois territoires de la province du Sud Kivu et les conflits intercommunautaires, rappellent ces femmes. Ces dernières disent être les premières victimes et leurs enfants des conflits armés vécues au quotidien dans les hauts plateaux d’Uvira, Fizi et secteur d’Itombwe à Mwenga. 

« Nous et nos enfants continuons de subir les conséquences néfastes des affrontements entre groupes armés. Qu’avons-nous fait pour mériter cette humiliation », disent ces femmes.

Les leaders des femmes issues de ces communautés font cette déclaration ce jeudi 28 Novembre à l’issu d’une rencontre de restitution aux femmes des acquis du dialogue intercommunautaire tenu à Uvira en juin dernier sur l’insécurité dans les moyens et hauts plateaux de Fizi, Uvira et Itombwe à Mwenga. Une activité de deux jours organisée par les femmes du comité de suivi du dialogue avec l’appui de l’ONG Alert International en la salle de réunion de l’Auberge Suzana au quartier Kimanga dans la ville d’Uvira. Et c’est dans le cadre du programme de stabilisation de l’Est de la République démocratique du Congo à travers le projet « Construisons ensemble pour la paix/Tujenge pamoja kwa ajili ya amani ».

Après deux jours de réflexion ; les femmes leaders des communautés en conflits des hauts plateaux d’Uvira, Fizi et secteur d’Itombwe à Mwenga avec celles de la plaine de Ruzizi décident de ne plus se taire face aux violences dont elles sont victimes de la part des groupes armés locaux et étrangers aussi des conflits intercommunautaires. Dans leur déclaration commune, les femmes Banyamulenge, Bavira, Bafuliiru, Babembe, Bambuti, Banyindu et Barundi soutiennent les résultats du dialogue intercommunautaire  tenu à Uvira en date du 25 au 28 Juin sur la question sécuritaire de leurs milieux. Elles dénoncent la forte manipulation politicienne instrumentalisant  ainsi les jeunes dans l’activisme des groupes armés pour insécuriser les moyens et hauts plateaux d’Uvira, Fizi et Mwenga. Pour ce faits ; les femmes leadeurs de ces communautés disent s’engager à mobiliser toutes les femmes dans la zone des conflits pour le rétablissement rapide de la paix par le rejet de tout appel à la division, à la discrimination de toute nature et à la haine. Ces femmes appellent les membres de leurs communautés à cultiver l’esprit d’amour, de pardon mutuel, de paix et de réconciliation pour résoudre pacifiquement les conflits intercommunautaires vécus dans leur zone.  Pendant ce temps ; elles recommandent au gouvernement Congolais de multiplier les efforts pour le rétablissement de l’autorité de l’Etat dans les hauts plateaux au profit de toutes les communautés. Et à la communauté international d’accompagner les institutions Congolaises engagées dans le rétablissement de la paix à l’Est de la République démocratique du Congo.

                                                                                                                       

Gaїus SHABILEPA.

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *